De grands rêves avec de petits moyens

écrit par Sheila McC.
28 Juin 2016 - 17:57


CF : Farnaz, parle-nous de toi? D'où tu viens, de tes débuts dans l''escalade? De ton palmarès ?

Farnaz : Je suis née en 1988 dans une petite ville de l'Ouest de l'Iran (Borujerd), vers le mont Zagros. Je me suis intéressée à l'escalade quand j'étais petite. Je pense que c'était dans mon ADN ! Mon père était alpiniste, tout comme ma mère et les membres de ma famille, qui étaient tous des athlètes et des alpinistes. Quand j'avais 13 ans, on a déménagé dans une autre ville du Nord-Ouest de l'Iran et, au bout d'un an, j'ai commencé à y grimper. À l'époque, seuls les hommes grimpaient à la salle locale ! J'étais l'une des premières filles à grimper à Zanjan, avec l'aide de ma mère et des ami(e)s. Zanjan est toujours mon chez moi, et j'ai plein d'entraîneurs là-bas qui aident à promouvoir de plus en plus ce sport.

Par contre pour m'entraîner, je dois aller ailleurs, dans d'autres villes, d'autres pays, afin de grimper dans de meilleures conditions. Cela fait 4 mois maintenant que je suis à Victoria au Canada. J'ai la chance de pouvoir m'entraîner au BOULDERS CLIMBING GYM, c'est une salle géniale, de calibre mondial, avec un système d'auto-assurage sur le mur de vitesse.
Je n'ai pas accès au mur officiel IFSC dans mon pays, et le temps d'entraînement est limité (les femmes et les hommes ont des séances d'entraînement à part), ce qui est loin d'être idéal pour un grimpeur professionnel qui se prépare pour des compétitions.

Mon palmarès ? Plein de podiums nationaux depuis 2002 en difficulté et en vitesse.
2007: 3e au classement par équipe, Coupe du monde en Chine
2012 : 6e (vitesse) & Bronze (général) aux Championnats d'Asie

2013: 6e (vitesse) Coupe du monde à Mokpo
2015: 7e (vitesse) Coupe du Monde, Central Saanich, Canada.

2015 : 1ère (vitesse) Championnats du Canada
2016 : 2e (vitesse) Championnats du Canada

Détentrice du record national (9,00 secondes pour les 15 m réglementaires) à la Coupe du monde canadienne en 2015 et 8,67 secondes à l'entraînement avec le système de chronométrage officiel
6e au classement mondial 2013
7e au classement mondial 2015

CF : Nous ne voyons pas beaucoup de grimpeurs iraniens sur le circuit international, mais quand il y en a, c'est souvent en vitesse, notamment toi et Reza Alipourshenazandifar (5e au classement général de la Coupe du monde, médaille d'argent à Nanjing, l'or l'année dernière à Wujiang). C'est un sport populaire là-bas ?

Non, bien au contraire ! Le nombre de grimpeurs de vitesse en Iran est anecdotique. La difficulté et le bloc, surtout, ont davantage la cote là-bas. On a quelques grimpeurs internationaux, mais la différence de niveau est bien plus marqué. Autrement dit, on a plus de chances de succès en vitesse.

Qu'existe-t-il en termes d'équipements pour l'entraînement en Iran ? Et plus généralement, de quelle manière votre Fédération nationale vous soutient-elle ?

Il y a eu des progrès récemment en escalade, avec la construction de beaucoup de salles, notamment de bloc. La Fédération s'occupe de nos visas, et organise des compétitions sélectives au niveau national, afin d'envoyer quelques-uns d'entre nous aux Championnats asiatiques chaque année, et aux Championnats du monde tous les deux ans. Mais pas aux Coupes du monde.

Tu penses que c'est important que la prochaine assemblée plénière de l'IFSC se tienne en Iran ?

Absolument, c'est une belle vitrine pour la grimpe iranienne, et l'occasion de promouvoir des relations plus amicales, et le sport dans notre pays.

Est-ce plus difficile pour les femmes de grimper là-bas ?

Le problème est le temps. Nous ne pouvons pas grimper en même temps que les garçons. Difficile donc de s'entraîner professionnellement quand nous le voulons, et souvent, comme il y a moins de femmes, moins de temps nous est attribué... c'est un souci. Je veux m'entraîner de manière plus intense en vue de Coupes du monde et ce n'est pas possible dans cette situation.

Tu as récemment lancé une page de « crowdfunding » (financement participatif) dans l'espoir de récolter suffisamment d'argent pour pouvoir participer aux Coupes du monde à Chamonix et à Villars. Sur Facebook tu as dit que tu avais vraiment besoin de te concentrer sur ton entraînement plutôt que sur ces aspects matériels... Bien sûr la question est vraiment d''actualité, car les compétitions ont lieu bientôt, mais au quotidien, est-ce une préoccupation constante ? Et comment fais-tu pour te motiver et ne pas entendre une petite voix qui te dirait « Ça ne sert à rien, tu ne vas de toutes façons pas pouvoir participer » ?

Excellente question. Comme je le disais, j'ai toujours dû m'entraîner seule, avec pas mal d'obstacles, et la seule chose que j'avais, c'était une motivation réelle. Je n'avais pas envie d'être une athlète normale, je rêvais d'être parfaite, d'être chaque jour plus forte que la veille. Je ne suis sûrement pas parfaite aujourd'hui, mais je suis satisfaite de ce que j'ai réussi et de mes progrès depuis toutes ces années de grimpe. Le crowdfunding est mon dernier espoir pour cette année. J'ai essayé plein de choses, des mails à des sponsors... et malgré ma préparation, j'ai raté toutes les Coupes du monde 2016 à ce jour.

Il reste peu de temps avant Chamonix et VIllars et sans doute des difficultés encore comme les visas, l'argent pour les vols etc. etc., mais que je participe ou non, je saurai au moins que j'ai fait mon possible pour atteindre mon rêve et si je ne peux pas participer à ces deux Coupes du monde, je me préparerai pour les prochaines compétitions et la saison prochaine. Je ne m'arrêterai jamais !

Y a-t-il des questions que nous n'avons pas posées et auxquelles tu voudrais répondre ?

[sourire] Pas forcément des questions mais il y a une ou deux choses que j'aimerais dire. Je crois que si je veux quelque chose vraiment, du fond du coeur, et que j'essaie, le monde me montrera le chemin. Je crois au Karma et j'essaie d'être une bonne personne, de vivre en paix et d'aider les autres autant que je peux. J'aimerais remercier le Boulders Climbing Gym et Kimanda Jarzebiak, des gens du monde entier et mes compatriotes, qui m'envoient toujours des encouragements pour m'aider à rester motivée et à conserver mes objectifs.

Vous trouverez la page de crowdfunding ici https://www.gofundme.com/25qge38
Même les petites contributions peuvent l'aider à réaliser ses rêves... merci de faire ce que vous pouvez, si le cœur vous en dit.

http://climbingfamily.net/blog/257/big-dreams-small-means

No Comments Yet.

Leave a comment